logo Annonay Agglo

29 avril, HOMMAGE EMOUVANT DES SCOLAIRES AUX VICTIMES de la DEPORTATION . LA CEREMONIE DU 8 MAI SE DEROULERA à 11h30

Publié le lundi 7 mai 2018 par Mairie

SOUVENIR DES VICTIMES DE LA DEPORATION : LES SCOLAIRES ONT TEMOIGNE

Ce dimanche 29 avril s’est déroulée la cérémonie en hommage aux millions de victimes de la déportation. Après la lecture du message officiel, des élèves de l’école publique R.Aubrac et des élèves de l’école St Joseph ont lu des textes et poèmes écrits en classe à la suite de leur visite à la maison d’Izieu où rappelons le 44 enfants innocents ont été déportés pour des raisons de religion, de racisme et d’une haine incroyable.

A l’évidence, touchés par cette terrible réalité historique, les élèves vanoscois ont parfaitement su traduire leurs émotions et leurs ressentis. Hommage émouvant et important.

Merci à eux et à leurs enseignantes et merci aux personnes présentes à cette cérémonie du souvenir. Merci à La Vanaude pour la sono.

La cérémonie du 8 mai se déroulera à 11h30 devant le monument aux morts.

JPEG - 172.1 ko
JPEG - 974.6 ko
JPEG - 251.9 ko
JPEG - 238.4 ko

APRES LA VISITE DE LA MAISON d’IZIEU, LES ELEVES des 2 ECOLES DE VANOSC ONT TRADUIT LEURS SENTIMENTS .

ECOLE PUBLIQUE Raymond AUBRAC

La maison d’Izieu a accueilli pendant la 2nde guerre mondiale, une centaine d’enfants juifs afin de les protéger des nazis dont l’objectif était de les exterminer. Adolf Hitler, le chef nazi, pense que les hommes ne sont pas égaux entre eux. Il considère les juifs comme des êtres inférieurs et les persécute.

En France, le gouvernement de Vichy dirigé par le Maréchal Pétain, va collaborer aux nazis.

Sabine et Miron Zlatin installent à Izieu une colonie d’enfants réfugiés de mai 1943 au 6 avril 1944. Cette date correspond à l’arrestation des 44 enfants et 7 adultes présents ce jour-là dans la maison.

C’est le procès de Klaus Barbie en 1987 (chef de la Gestapo – police secrète allemande- à Lyon) qui fait connaitre l’histoire de la colonie d’Izieu. En 1990, Sabine Zlatin, qui a survécu à la 2nde guerre mondiale, rachète la maison et en 1994, cette maison est reconnue comme lieu de mémoire officiel.

« C’est bien de savoir ce qui s’est passé avant pour ne pas le reproduire aujourd’hui et dans le futur : pourquoi ne pas tolérer, ne pas respecter les différences de l’autre (sa couleur de peau, ses croyances ou non croyance, sa culture….) ?
Ce n’est pas normal d’avoir considéré les juifs comme une race (les animaux) et comme des êtres inférieurs.
J’ai été choqué que sur un panneau devant un jardin d’enfant, était écrit : « interdit aux chiens et aux juifs ». C’est les rabaisser encore et encore.

Certains ont risqué leur vie pour aider les juifs qui ont été persécutés uniquement car ils avaient une croyance différente. Sabine et Miron Zlatin ont réussi à sauver une soixantaine d’enfants grâce à la colonie d’Izieu.

C’est triste de tuer des enfants qui n’ont rien fait. Leur seul tort était d’être juif…..

C’était intéressant de savoir comment les enfants vivaient à la colonie et que Izieu a représenté un moment où ils ont pu aller à l’école, jouer, se promener et bien manger. Après avoir connu les camps d’internement, la séparation d’avec leur famille, ils ont vécu une période « comme tous les enfants » même dans un contexte de guerre.

Nous remercions les personnes qui entretiennent la mémoire des enfants d’Izieu.

Que le passé soit le garant de l’avenir. Tous égaux, tous libres ! »

Ecole privée St JOSEPH

IZIEU

Même si nous étions placés,

Il y a eu de beaux moments passés.

On nous livrait chaque matin,

Cette maison, on s’y sentait bien.

Nous étions quarante-quatre,

On a même fait du théâtre !

De cinq à dix-sept ans

En nous accueillant

Le sourire aux lèvres

On se croyait dans un rêve

On s’amusait trop

Là-bas avec Otto

Mais le rêve est passé

On nous a dénoncés

Ils sont venus nous chercher

Et maintenant, c’est terminé….

Morgane

Vous voilà arrivés

Par une matinée d’hiver ou d’été

Tristes ou joyeux

Vous faisiez plein de jeux

Encore enfants

De cinq à dix-sept ans

Vous vous pensiez à l’abri

De cette terrible folie

Mais tout a basculé

Et à peine commencée

Votre vie s’est terminée

Manon

La maison d’Izieu

A la maison d’Izieu, ils étaient tous heureux

A la maison d’Izieu, ils étaient comme chez eux

A la maison d’Izieu, ils s’amusaient entre eux

A la maison d’Izieu, ils s’aidaient entre eux

A la maison d’Izieu, ils en rêvaient, eux

A la maison d’Izieu, ils ouvraient grands leurs yeux

Mais la rafle est arrivée et les yeux se sont refermés

Un seul s’est échappé,

Léon, pour témoigner…

Qu’à la maison d’Izieu…..

Rémi

La maison d’Izieu est jolie

Tellement jolie qu’on se croyait au Paradis

Mais il ne faut pas oublier

Les 44 enfants déportés

Ils auraient voulu grandir en jouant

Comme tous les autres enfants

Mais ils ne verront plus les fleurs pousser

Car ils se sont fait assassiner

Un seul s’en est sorti

Pour nous dire ce qui s’est produit.

C’est aussi à lui, que vont toutes nos pensées

En ce jour des déportés.

Adrien

Je m’appelle Yanis, j’ai presque 10 ans. Si j’avais été juif pendant la guerre, j’aurais pu écrire cette lettre :
Maman, je sais que tu es peut-être morte mais je t’écris d’ Izieu. Papa m’a emmené dans une maison où les juifs se réfugient. Je mange bien, je dors bien et je m’amuse bien. Je me suis fait des copains. Mon meilleur copain s’appelle Arnold.
Tu me manques, je t’aime,

Bisous,

Yanis

La maison d’Izieu a été une colonie, créée par Sabine et Miron Zlatin pour accueillir les enfants juifs persécutés.

Les « enfants d’Izieu » était un groupe d’enfants juifs de différentes nationalités réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Le jeudi 06 avril 1944, 44 enfants, âgés de 4 à 17 ans et 7 adultes furent raflés puis déportés sur ordre de Klaus Barbie parce qu’ils étaient juifs.

Le plus jeune de ces enfants était Albert Bulka, âgé de 4 ans.

Seule Léa Feldblum, une éducatrice de la colonie survivra à sa déportation à Auschwitz.

Sabine Zlatin, absente le jour de l’arrestation, entretiendra la mémoire de tous ces disparus.

Maëlle

PNG - 523.5 ko
44 innocents vicitime de la haine, du racisme, de la barabarie nazie
JPEG - 247.9 ko
En juin 2017, les scolaires de la Vocance avaient rencontré à Vanosc Dominique Vidaud, directeur de la maison d’Izieu et Winfried Veit auteur des portraits
JPEG - 142.6 ko
En novembre, nos scolaires ont découvert la maison d’Izieu et participé à différents ateliers fort intéressants

faire une remarque sur le contenu de cette page

 
Haut de page | Accueil | WebmasterPlan du site | Espace privé | Informations légales | Aide | Annonay Rhône Agglo |

    

Mairie de Vanosc - Place du Souvenir - 07690 Vanosc
Tél. : 04 75 34 62 93 - Fax : 04 75 34 71 79

     RSSVanosc